Pejac suspend ses chaussures dans les rues de Londres


L’artiste espagnol Pejac, originaire de Santander n’en est pas à son premier succès, en effet s’est déjà fait remarquer aux quatre coins du monde. Il a notamment fait parler de lui à Tokyo, pour avoir dénoncé le génocide des requins, produisant un requin émergeant dans la ville, révélant une morsure humaine sur son aileron. 

Multidisciplinaire, son travail traite de sujets tels que la liberté, la paix et le lyrisme, et revient souvent dans les rêves surréalistes. On en trouve un bel exemple à Paris, rue Edouard Manet dans le 13ème arrondissement, lorsqu’il rend hommage au grand peintre et la fameuse toile du « Déjeuner sur l’herbe » qui apparait dans la projection d’un jeune passant. Cela donnera Vandal-Ism, « le résultat de la colère et de la sensibilité esthétique à la fois », explique Pejac.

Aujourd’hui c’est à Londres qu’il pose ses valises avec Downside Up :

4 pièces sculpturales montrant  de vieilles paires de chaussures qui pendent. Encore une fois Pejac a montré sa capacité à attirer l’attention des passants avec une subtile touche de réalité.

«La mélancolie et l’humour sont la locomotive de mes œuvres. Ils créent un langage poétique dont l’essence ne repose pas sur la beauté simple, mais sur la face cachée de tout. »

offabeat-pejac1

offbeat-pejac2

offbeat-pejac3

Dans ce cas, ses chaussures « suspendues » défient la pesanteur pour souligner l’état tordu du monde d’aujourd’hui, mais aussi, pour jouer avec l’imagination des spectateurs.

Ces installations peuvent être trouvées dans Redchurch Street, Shacklewell Street et Granby Street à East London (E2), et introduisent sa prochaine exposition solo de Londres du 22 au 31 juillet.