La solitude prend tout son sens à l’arrêt de bus


Nous étudions au quotidien, et avec attention, ceux qui nous entourent. Entre regards, observations et jugements, certaines situations gênantes renforcent notre solitude.

Il y’a des moments de vie en société qui sont plus ou moins bien vécus. En effet, parfois nous nous retrouvons entourés d’inconnus, nous partageons alors l’espace d’un endroit, le temps d’un instant, sans même oser nous adresser la parole. Et pourtant, nous nous autorisons le plus souvent à porter un jugement sur la personne d’à côté, nous allons jusqu’à imaginer son quotidien, en nous basant sur son physique, ou sur son attitude, nous lui attribuons un jugement de valeur. Ces situations, dans lesquelles nous essayons de franchir les limites de l’intimité par l’imaginaire, peuvent générer un sentiment de mal-être ou de stress.

L’arrêt de bus fait partie de ces endroits particuliers, des gens de tous horizons y passent et ressentent bien souvent un sentiment désagréable, l’attente. Ce contexte nous incite à regarder autour de nous, observer ceux qui nous entourent, de la tête au pied.

Dans une série de photos appelée EXPOSE, Severin Ettlin met en scène des moments de vulnérabilité et d’insécurité. L’artiste a notamment été inspirée par une période de sa vie durant laquelle elle ressentait des problèmes avec les gens et les foules. Les corps sont mis à nu, ils accentuent l’impression d’observation, de jugement et de mal-être. Certains regards peuvent être à tel point oppressants, qu’ils troublent notre intimité.

 

offbeat-severin-ettlin-2

offbeat-severin-ettlin-4

offbeat-severin-ettlin-6-solitude

offbeat-severin-ettlin-solitude

offbeat-severin-ettlin-3

Recommandé